Capacité juridique

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en novembre 2021

Sommaire

La capacité juridique est importante pour pouvoir contracter et ester en justice (agir en justice).

Pour une personne physique, c'est l'aptitude à accomplir tous les actes, par elle-même.

Pour une personne morale (exemple : une société) c'est la capacité d'accomplir certains actes rentrant dans son objet social. La capacité juridique s'exerce alors par les organes de la personne morale (exemple : représentant de la société).

Lire l'article Ooreka

Définition de la capacité juridique

La capacité juridique est l'aptitude à être titulaire de droits et d'obligations et à les exercer. En principe, toute personne est capable juridiquement. L'incapacité est donc l'exception.

Une personne capable possède à la fois la capacité de jouissance, c'est-à-dire l'aptitude à être titulaire de droits (droit de propriété) et la capacité d'exercice, c'est-à-dire l'aptitude à exercer les droits dont on est titulaire.

L'incapacité est constituée lorsque la capacité juridique des personnes physiques est limitée du fait de leur âge, de leur état physique ou mental ou de leur situation.

Les personnes frappées de cette incapacité sont dénommées, en droit, « incapables ». Par cette incapacité juridique, une personne est inapte à mettre en œuvre, par elle-même, les droits dont elle est titulaire.

Lire l'article Ooreka

Capacité juridique : les incapables et les régimes de protection

La législation détermine les incapables et leurs régimes de protection.

Les incapables

La capacité juridique est la règle. L'incapacité est reconnue aux mineurs non émancipés et aux majeurs incapables souffrant d'altération de leur faculté de jugement.

Les mineurs protégés

Le principe de l'incapacité du mineur s'explique dans un souci de protection du mineur. Seule la majorité (18 ans révolus) ou l'émancipation permettent de faire tous les actes de la vie civile.

L'émancipation permet au mineur d'au moins 16 ans d'accéder à la capacité juridique par une décision de justice ou par le mariage. Le mineur émancipé peut accomplir tous les actes civils mais, attention, il y a quelques limites car, par exemple, il ne peut être commerçant que par autorisation judiciaire.

Le mineur non émancipé est donc considéré comme un incapable. Le mineur non émancipé est représenté par son administrateur légal, c'est-à-dire, en principe, par ses père et mère (ou un tuteur s'il n'a plus ses parents).

Les majeurs protégés

En principe, tout majeur a la pleine capacité d'exercice, c'est-à-dire qu'ils peuvent, sans l'aide de personne, agir en justice, se marier, contracter, etc. L'incapacité oblige le titulaire de droits à recourir à l'assistance ou la représentation d'un tiers : son représentant légal.

Les régimes de protection

Toute personne majeure dans l'impossibilité de pourvoir seule à ses intérêts, en raison d'une altération de ses facultés de nature à empêcher l'expression de sa volonté, peut bénéficier de l'un des trois régimes de protection.

Régimes de protection et capacité juridique

La sauvegarde de justice

La personne conserve ses droits et elle peut accomplir des actes civils mais les contrats qu'elle a passés peuvent être annulés. Ainsi, en principe, il s'agit d'un contrôle a posteriori des actes accomplis par le majeur.

La sauvegarde de justice est instaurée par décision du juge des contentieux de la protection (ex-juge des tutelles) pour une durée d'un an renouvelable 1 fois.

La curatelle

Ce régime permet l'assistance du majeur dans les actes importants de la vie civile. L'assistance est assurée par le curateur, c'est-à-dire que le majeur protégé réalise seul les actes à caractère personnel, conservatoire (destinés à maintenir le patrimoine en bon état comme la réparation d'un bien) et d'administration (qui visent des actes de gestion courante d'exploitation comme la vente de meubles d'usage, la conclusion d'un bail d'habitation, l'ouverture d'un compte de dépôt) et elle est assistée par son curateur pour tous les actes de disposition (actes les plus graves comme la vente d'un immeuble, la conclusion d'un emprunt).

À défaut d'assistance par le curateur, l’acte peut être annulé. La curatelle est instaurée par décision du juge des contentieux de la protection (ex-juge des tutelles) pour une durée maximale de 5 ans.

La tutelle

Il s'agit du régime le plus protecteur. Le majeur est frappé d'incapacité très étendue. La personne protégée prend seul ses décisions relatives à sa personne dans la mesure où son état le lui permet. Les autres actes sont effectués par le tuteur. Ainsi tous les actes que pourrait réaliser seul le majeur sous tutelle sont nuls.

La tutelle est instaurée par décision du juge des contentieux de la protection (ex-juge des tutelles) pour une durée maximale de 5 ans. Néanmoins, après avis du médecin et sur décision spécialement motivée, le juge peut décider d'une durée plus longue (n'excédant pas 10 ans), si l'état du majeur est jugé définitif (article 441 du Code civil). Dans les mêmes conditions que la curatelle, cette mesure peut être renouvelée (article 442 du Code civil).

Capacité juridique et la sanction des actes de l'incapable

Si un acte est passé par un incapable qui ne pouvait le faire seul, la sanction est la nullité. Il s'agit d'une nullité relative de l'acte, c'est-à-dire qu'elle ne peut être invoquée que par la personne que la loi protège ou son représentant légal.

Le délai de prescription est, en principe, de 5 ans à compter du jour de la connaissance du fait justifiant la nullité. Lorsque la nullité est prononcée, l'acte est anéanti c'est-à-dire que tout se passe comme si l'acte n'avait jamais été accompli.

Aussi dans la rubrique :

Définition

Sommaire

Qui est concerné ?

Personnes vulnérables

Différentes mesures de prévention

Protection des majeurs

Différentes mesures de protection judiciaire

Tutelle ou curatelle Mesure de placement

Ces pros peuvent vous aider